5.5.4 Modification de l’allure des éléments


Modification des liaisons

Les liaisons, qu’elles soient de prolongation, d’articulation ou de phrasé, sont dessinées sous la forme de courbes de Bézier de degré trois. Lorsque l’aspect de la liaison automatiquement calculé n’est pas satisfaisant, il peut être modifié manuellement, en fournissant explicitement les quatre points de contrôle qui permettront de définir cette courbe.

Quatre points définissent une courbe de Bézier cubique. Les premier et quatrième points sont les points de départ et d’arrivée de la courbe ; les deux autres points de contrôle – P1 et P2 – en détermineront l’allure. La courbe se trace en partant du point P0, en se dirigeant vers P1 et en arrivant au point P3 selon la direction P2-P3. La courbe est à l’intérieur de l’enveloppe convexe des points de contrôle.

Voici par exemple une liaison de prolongation dont l’allure n’est pas des plus heureuses, même en optant pour un \tieDown.

<<
  { e1~ e }
\\
  { r4 <g c,> <g c,> <g c,> }
>>

[image of music]

L’un des moyens d’améliorer cette liaison consiste à modifier manuellement ses quatre points de contrôle.

Les coordonnées des points de contrôle sont données en unités d’espace de portée. L’abscisse est relative au point de référence de la note de départ de la liaison ; l’ordonnée est relative à la ligne médiane de la portée. Les différentes coordonnées sont entrées sous la forme d’une liste de quatre paires de nombres décimaux (ou nombres réels). L’une des manières de procéder consiste à tout d’abord estimer les coordonnées des deux extrémités puis, par tâtonnement, déterminer les deux points intermédiaires.

Remarque intéressante au sujet des courbes : une courbe sera symétrique si ses points de contrôle sont symétriques. L’une des propriétés avantageuses des courbes de Bézier est que leur transformation – déplacement, rotation ou échelonnement – est réalisable en simplement corrigeant de manière identique ses points de contrôle.

Pour l’exemple qui nous occupe, l’adaptation suivante nous permet d’obtenir un résultat plutôt satisfaisant. Notez bien l’endroit où cette adaptation est stipulée : juste avant la note de départ de la liaison.

<<
  {
    \once \override Tie
      #'control-points = #'((1 . -1) (3 . 0.6) (12.5 . 0.6) (14.5 . -1))
     e1 ~ e
  }
\\
  { r4 <g c,> <g c,> <g c,> }
>>

[image of music]

Problèmes connus et avertissements

Lorsque plusieurs liaisons, quelle qu’en soit la nature, commencent au même moment, jouer sur la propriété control-points est impossible, et la commande \tweak inefficace. Vous pouvez néanmoins influer sur la propriété tie-configuration de l’objet TieColumn pour déterminer la ligne de départ et l’orientation.

Voir aussi

Référence des propriétés internes : TieColumn.


Autres langues : English, deutsch, español, italiano, 日本語.
About automatic language selection.

LilyPond — Manuel de notation