2.9.3 Typographie du chant grégorien

Si vous écrivez en notation grégorienne, le Vaticana_ligature_engraver se chargera de sélectionner les têtes de note appropriées ; il est donc inutile de spécifier le style à utiliser. Vous pouvez cependant spécifier par exemple le style vaticana_punctum pour obtenir des neumes punctums. De même, c’est le Mensural_ligature_engraver qui se chargera des ligatures mensurales.

Voir aussi

Glossaire musicologique : ligature.

Manuel de notation : Ligatures mensurales, Ligatures.


Contextes du chant grégorien

Les contextes prédéfinis VaticanaVoiceContext et VaticanaStaffContext permettent de graver le chant grégorien dans le style des éditions vaticanes. Ces contextes initialisent les propriétés de tous les autres contextes et objets graphiques à des valeurs adéquates, de telle sorte que vous pouvez tout de suite vous lancer dans la saisie de votre chant, comme ci-dessous :

\include "gregorian.ly"
\score {
  <<
    \new VaticanaVoice = "cantus" {
      \[ c'\melisma c' \flexa a \]
      \[ a \flexa \deminutum g\melismaEnd \]
      f \divisioMinima
      \[ f\melisma \pes a c' c' \pes d'\melismaEnd \]
      c' \divisioMinima \break
      \[ c'\melisma c' \flexa a \]
      \[ a \flexa \deminutum g\melismaEnd \] f \divisioMinima
    }
    \new Lyrics \lyricsto "cantus" {
      San- ctus, San- ctus, San- ctus
    }
  >>
}

[image of music]


Clefs grégoriennes

Le tableau suivant présente les différentes clefs grégoriennes que vous pouvez sélectionner avec la commande \clef. Certaines de ces clefs utilisent le même glyphe, attaché à l’une ou l’autre des lignes de la portée. Le chiffre porté en suffixe permet alors de les différencier ; la numérotation des lignes va de bas en haut. Vous pouvez néanmoins forcer le positionnement du glyphe sur une ligne, comme expliqué à la section Clefs. Dans la colonne exemple, la note suivant la clef est un do médium.

DescriptionClef disponibleExemple
Clef d’ut, style des éditions vaticanesvaticana-do1, vaticana-do2,
vaticana-do3

[image of music]

Clef de fa, style des éditions vaticanesvaticana-fa1, vaticana-fa2

[image of music]

Clef d’ut, style Editio Medicaeamedicaea-do1, medicaea-do2,
medicaea-do3

[image of music]

Clef de fa, style Editio Medicaeamedicaea-fa1, medicaea-fa2

[image of music]

Clef d’ut, style historique Hufnagelhufnagel-do1, hufnagel-do2,
hufnagel-do3

[image of music]

Clef de fa, style historique Hufnagelhufnagel-fa1, hufnagel-fa2

[image of music]

Clef combinée ut/fa, style historique Hufnagelhufnagel-do-fa

[image of music]

Voir aussi

Glossaire musicologique : clef.

Manuel de notation : Clefs.


Altérations et armures grégoriennes

LilyPond dispose d’altérations pour les trois styles grégoriens :

[image of music]

Vous noterez que chacun de ces styles ne comporte pas toutes les altérations. LilyPond changera de style s’il est besoin d’une altération indisponible dans le style utilisé.

Pour disposer des formes anciennes d’altération, utilisez la propriété glyph-name-alist des objets graphiques Accidental et KeySignature, comme ceci :

\override Staff.Accidental.glyph-name-alist =
  #alteration-mensural-glyph-name-alist

Voir aussi

Glossaire musicologique : accidental, key signature.

Manuel de notation : Hauteurs, Altérations, Altérations accidentelles automatiques, Armure.

Référence des propriétés internes : KeySignature.


Divisions

Il n’existe pas de silence en notation grégorienne. On y parle plutôt de divisions, pauses ou coupes.

Une division – divisio, pluriel divisiones en latin – est un symbole ajouté à la portée et utilisé en chant grégorien pour séparer les phrases ou parties. Divisio minima, divisio maior et divisio maxima peuvent respectivement s’interpréter comme une pause courte, moyenne ou longue, à l’image des marques de respiration — cf. Signes de respiration. Le signe finalis n’est pas uniquement une marque de fin de chant ; il sert aussi à indiquer la fin de chaque partie dans une structure verset/répons.

Les divisions sont disponibles après inclusion du fichier ‘gregorian-init.ly’. Ce fichier définit les commandes \divisioMinima, \divisioMaior, \divisioMaxima et \finalis. Certaines éditions utilisent virgula ou caesura en lieu et place de divisio minima ; c’est pourquoi ‘gregorian-init.ly’ définit aussi \virgula et \caesura.

[image of music]

Commandes prédéfinies

\virgula, \caesura, \divisioMinima, \divisioMaior, \divisioMaxima, \finalis.

Voir aussi

Glossaire musicologique : caesura, divisio.

Manuel de notation : Signes de respiration.

Fichiers d’initialisation : ‘gregorian.ly’.


Articulations grégoriennes

En plus des signes d’articulation standards décrits à la section Articulations et ornements, LilyPond fournit des articulations spécifiquement destinées au style des éditions vaticanes.

\include "gregorian.ly"
\score {
  \new VaticanaVoice {
    \override TextScript.font-family = #'typewriter
    \override TextScript.font-shape = #'upright
    \override Script.padding = #-0.1
    a\ictus_"ictus " \bar "" \break
    a\circulus_"circulus " \bar "" \break
    a\semicirculus_"semicirculus " \bar "" \break
    a\accentus_"accentus " \bar "" \break
    \[ a_"episema" \episemInitium \pes b \flexa a b \episemFinis \flexa a \]
  }
}

[image of music]

Voir aussi

Manuel de notation : Articulations et ornements.

Morceaux choisis : Musiques anciennes.

Référence des propriétés internes : Episema, EpisemaEvent, Episema_engraver, Script, ScriptEvent, Script_engraver.

Problèmes connus et avertissements

Certaines articulations sont verticalement trop proches de leurs têtes de note.


Points d’augmentation (morae)

Les points d’augmentum, ou morae, s’obtiennent avec la fonction \augmentum. Notez que cette fonction \augmentum est implémentée en tant que fonction unaire plutôt que comme un préfixe de note. Par conséquent, \augmentum \virga c ne donnera rien de particulier. Il faut l’utiliser avec la syntaxe \virga \augmentum c ou \augmentum {\virga c}. Par ailleurs, l’expression \augmentum {a g} constitue une forme abrégée de \augmentum a \augmentum g.

\include "gregorian.ly"
\score {
  \new VaticanaVoice {
    \[ \augmentum a \flexa \augmentum g \]
    \augmentum g
  }
}

[image of music]

Voir aussi

Manuel de notation : Signes de respiration.

Référence des propriétés internes : BreathingSign.

Morceaux choisis : Musiques anciennes.


Neumes et ligatures grégoriennes

Les neumes grégoriens conformément au style des éditions vaticanes sont pris en charge de façon assez limitée. Les ligatures élémentaires sont déjà disponibles, mais beaucoup de règles typographiques ne sont pas encore implémentées, notamment l’espacement horizontal des enchaînements de ligatures, l’alignement des paroles ou une gestion convenable des altérations.

La prise en charge des neumes grégoriens est activée par l’inclusion, en début de votre fichier source, du fichier d’initialisation ‘gregorian.ly’. Ceci aura pour effet de rendre disponible un certain nombre de commandes dans le but de reproduire les symboles de neumes tels qu’ils apparaissent dans la notation du plain-chant.

Les têtes de note peuvent être modifiées ou jointes.

Une hauteur sans qualificatif sera considérée comme un punctum. Tout autre neume, y compris ceux d’une seule note d’aspect particulier comme la virga, sera considéré en tant que ligature et devra répondre à la syntaxe \[…\].

Neumes simples :

Ligatures

Contrairement à la majorité des autres systèmes de notation neumatique, la manière de saisir les neumes n’a rien à voir avec leur apparence typographique ; elle se concentre plutôt sur le sens musical. Ainsi, \[ a \pes b \flexa g \] produit un torculus constitué de trois punctums, alors que \[ a \flexa g \pes b \] produit un porrectus avec une flexe incurvée et un seul punctum. Il n’existe pas de commande à proprement parler qui permette de spécifier la courbe d’une flexe ; c’est la source musicale qui va le déterminer. Le fondement d’une telle approche réside dans la distinction que nous faisons entre les aspects musicaux de la source et le style de notation que nous voulons obtenir. De ce fait, la même source pourra être utilisée pour imprimer dans un autre style de notation grégorienne.

Neumes liquescents

Autre grande catégorie de notes que l’on trouve en grégorien, les neumes liquescents. Ils s’utilisent dans certaines circonstances, quand l’articulation d’une syllabe avec la suivante se fait par une « consonne liquide », sur la dernière note du groupe : M (omnis, summo), L, N, Y (ejus), NG (sanctus), W (autem, laudat). Ces consonnes ou semi-consonnes sont chantées à la hauteur correspondante, comme le seraient des voyelles, mais le chant est entravé par leur prononciation. De fait, les neumes liquescents ne sont jamais utilisés isolément (bien que rien ne l’interdise) et tombent toujours à la fin d’une ligature.

Les neumes liquescents peuvent se présenter graphiquement de deux façons différentes et relativement interchangeables : une note plus petite, ou une « bascule » verticale de la note principale. La première option s’obtient en créant un pes ou une flexa puis une modification de l’aspect de la deuxième note : \[ a \pes \deminutum b \]. La seconde option consiste à modifier l’aspect d’un neume sur note unique avec un \auctum tout en lui affectant une direction \descendens ou \ascendens : \[ \auctum \descendens a \].

Signes spéciaux

Une troisième catégorie regroupe quelques signes dont la signification particulière diverge selon la source : la quilisma, l’oriscus et le strophicus. Ils s’obtiennent en préfixant la hauteur d’un \quilisma, \oriscus ou \stropha.

Il est virtuellement possible d’agglutiner autant de notes que voulu, y compris en les mélangeant avec des \pes, \flexa, \virga, \inclinatum, et de borner le tout par \[ et \] pour produire une seule ligature. C’est d’ailleurs de cette manière que nous avons procédé pour générer le tableau qui suit. La création de ligatures est donc sans limite.

Notez bien que l’utilisation de ces signes en musique suit un certain nombre de règles, et que LilyPond n’effectue aucun contrôle à ce niveau. Par exemple, une quilisma se trouve toujours être la note intermédiaire d’une ligature ascendante et tombe habituellement sur un demi ton ; bien que cela soit tout à fait possible, mais parfaitement incorrect, rien ne vous empêche de créer une quilisma sur une seule note.

En plus des signes propres à la notation, le fichier ‘gregorian.ly’ contient la définition des commandes \versus, \responsum, \ij, \iij, \IJ et \IIJ, qui permettent par exemple d’indiquer dans les paroles des repères de section. Ces commandes font appel à des caractères unicode spécifiques qui ne seront reproduits que si vous utilisez une fonte qui en dispose.

Le tableau ci-dessous inventorie, bien que dans une certaine limite, les différents neumes contenus dans le second tome de l’Antiphonale Romanum (Liber Hymnarius) publié par l’abbaye de Solesmes en 1983. La première colonne énumère le nom des ligatures – forme normale en gras et forme liquescente en italique. La troisième colonne contient le code ayant permis de générer la ligature, se basant ici sur sol, la, si.

Neumes simples

Formes Normale et LiquescenteRenduCode
LilyPond
Punctum

[image of music]

\[ b \]

[image of music]

\[ \cavum b \]

[image of music]

\[ \linea b \]
Punctum Auctum Ascendens

[image of music]

\[ \auctum \ascendens b \]
Punctum Auctum Descendens

[image of music]

\[ \auctum \descendens b \]
Punctum inclinatum

[image of music]

\[ \inclinatum b \]
Punctum Inclinatum Auctum

[image of music]

\[ \inclinatum \auctum b \]
Punctum Inclinatum Parvum

[image of music]

\[ \inclinatum \deminutum b \]
Virga

[image of music]

Ligatures sur deux notes

Clivis vel Flexa

[image of music]

\[ b \flexa g \]
Clivis Aucta Descendens

[image of music]

\[ b \flexa \auctum \descendens g \]
Clivis Aucta Ascendens

[image of music]

\[ b \flexa \auctum \ascendens g \]
Cephalicus

[image of music]

\[ b \flexa \deminutum g \]
Podatus/Pes

[image of music]

\[ g \pes b \]
Pes Auctus Descendens

[image of music]

\[ g \pes \auctum \descendens b \]
Pes Auctus Ascendens

[image of music]

\[ g \pes \auctum \ascendens b \]
Epiphonus

[image of music]

\[ g \pes \deminutum b \]
Pes Initio Debilis

[image of music]

\[ \deminutum g \pes b \]
Pes Auctus Descendens Initio Debilis

[image of music]

\[ \deminutum g \pes \auctum \descendens b \]

Ligatures sur plusieurs notes

Torculus

[image of music]

\[ a \pes b \flexa g \]
Torculus Auctus Descendens

[image of music]

\[ a \pes b \flexa \auctum \descendens g \]
Torculus Deminutus

[image of music]

\[ a \pes b \flexa \deminutum g \]
Torculus Initio Debilis

[image of music]

\[ \deminutum a \pes b \flexa g \]
Torculus Auctus Descendens Initio Debilis

[image of music]

\[ \deminutum a \pes b \flexa \auctum \descendens g \]
Torculus Deminutus Initio Debilis

[image of music]

\[ \deminutum a \pes b \flexa \deminutum g \]
Porrectus

[image of music]

\[ a \flexa g \pes b \]
Porrectus Auctus Descendens

[image of music]

\[ a \flexa g \pes \auctum \descendens b \]
Porrectus Deminutus

[image of music]

\[ a \flexa g \pes \deminutum b \]
Climacus

[image of music]

\[ \virga b \inclinatum a \inclinatum g \]
Climacus Auctus

[image of music]

\[ \virga b \inclinatum a \inclinatum \auctum g \]
Climacus Deminutus

[image of music]

\[ \virga b \inclinatum a \inclinatum \deminutum g \]
Scandicus

[image of music]

\[ g \pes a \virga b \]
Scandicus Auctus Descendens

[image of music]

\[ g \pes a \pes \auctum \descendens b \]
Scandicus Deminutus

[image of music]

\[ g \pes a \pes \deminutum b \]

Signes spéciaux

Quilisma

[image of music]

\[ g \pes \quilisma a \pes b \]
Quilisma Pes Auctus Descendens

[image of music]

\[ \quilisma g \pes \auctum \descendens b \]
Oriscus

[image of music]

\[ \oriscus b \]
Pes Quassus

[image of music]

\[ \oriscus g \pes \virga b \]
Pes Quassus Auctus Descendens

[image of music]

\[ \oriscus g \pes \auctum \descendens b \]
Salicus

[image of music]

\[ g \oriscus a \pes \virga b \]
Salicus Auctus Descendens

[image of music]

\[ g \oriscus a \pes \auctum \descendens b \]
(Apo)stropha

[image of music]

\[ \stropha b \]
Stropha Aucta

[image of music]

\[ \stropha \auctum b \]
Bistropha

[image of music]

\[ \stropha b \stropha b \]
Tristropha

[image of music]

\[ \stropha b \stropha b \stropha b \]
Trigonus

[image of music]

\[ \stropha b \stropha b \stropha a \]

Commandes prédéfinies

LilyPond dispose des préfixes suivants : \virga, \stropha, \inclinatum, \auctum, \descendens, \ascendens, \oriscus, \quilisma, \deminutum, \cavum, \linea.

Les préfixes de note peuvent s’agglutiner, modulo quelques restrictions. Par exemple, on peut appliquer un \descendens ou un \ascendens à une note, mais pas les deux simultanément à une même note.

Deux notes adjacentes peuvent être reliées grâce aux commandes \pes ou \flexa pour marquer une ligne mélodique respectivement ascendante ou descendante.

Utilisez la fonction musicale unaire \augmentum pour ajouter des points d’augmentum.

Voir aussi

Glossaire musicologique : ligature.

Manuel de notation : Ligatures mensurales, Ligatures.

Problèmes connus et avertissements

Lorsqu’un \augmentum apparaît dans une ligature en fin de portée, son placement vertical peut être erroné. Pour y remédier, ajoutez un silence invisible, s8 par exemple, comme dernière note de cette portée.

L’\augmentum devrait être implémenté en tant que préfixe plutôt qu’en tant que fonction unaire, afin qu’\augmentum puisse s’intégrer avec d’autres préfixes dans n’importe quel ordre.


Autres langues : English, deutsch, español, italiano, 日本語.
About automatic language selection.

LilyPond — Manuel de notation v2.17.97 (branche de développement).