1.1.1 Écriture des hauteurs de note

Cette section explique la manière d’indiquer les hauteurs de note. Deux modes permettent d’indiquer l’octave des notes : le mode absolu, et le mode relatif. Ce dernier est le plus pratique lors de la saisie d’un fichier source au clavier de l’ordinateur.


Hauteurs avec octave absolue

La hauteur s’écrit – à moins de préciser une autre langue – avec la notation batave, en utilisant les lettres de a à g. Les notes c (do) et b (si) sont écrites une octave sous le do central.

{
  \clef bass
  c4 d e f
  g4 a b c
  d4 e f g
}

[image of music]

L’octave peut être précisée sous forme d’une série d’apostrophes ' ou d’une série de virgules ,. Chaque ' hausse la note d’une octave ; chaque , baisse la note d’une octave.

{
  \clef treble
  c'4 c'' e' g
  d''4 d' d c
  \clef bass
  c,4 c,, e, g
  d,,4 d, d c
}

[image of music]

Une musique peut être déclarée explicitement comme étant en notation absolue à l’aide de la commande \absolute :

\absolute expression_musicale

sera interprété en mode d’octaves absolues quel que soit le contexte où elle apparait.

Voir aussi

Glossaire musicologique : Noms des notes.

Morceaux choisis : Hauteurs.


Octaves relatives

Le mode d’écriture en octave absolue requiert d’indiquer l’octave de chaque note. Pour le mode d’écriture en octave relative, par contre, l’octave d’une note est déterminée par rapport à la note précédente : modifier l’octave d’une note aura des répercussions sur toutes les notes à venir.

Une musique peut être déclarée explicitement comme étant en notation relative à l’aide de la commande \relative :

\relative hauteur_de_référence expression_musicale

En mode relatif, chaque note est considérée comme étant le plus proche possible de celle qui la précède. L’octave des notes mentionnées dans expression_musicale va être calculée de la manière suivante :

Voici le mode \relative en action.

\relative c {
  \clef bass
  c d e f
  g a b c
  d e f g
}

[image of music]

On utilise les signes de changement d’octave pour les intervalles dépassant la quarte.

\relative c'' {
  c g c f,
  c' a, e'' c
}

[image of music]

Bien que ne comportant aucun signe de changement d’octave, une séquence de notes peut tout à fait couvrir un intervalle important.

\relative c {
  c f b e
  a d g c
}

[image of music]

Lorsque plusieurs blocs \relative sont imbriqués, c’est la dernière clause \relative qui est prise en compte.

\relative c' {
  c d e f
  \relative c'' {
    c d e f
  }
}

[image of music]

\relative est sans effet sur un bloc \chordmode.

\new Staff {
  \relative c''' {
    \chordmode { c1 }
  }
  \chordmode { c1 }
}

[image of music]

\relative n’est pas permis au sein d’un bloc \chordmode.

Pour utiliser le mode d’octave relative dans de la musique transposée, une clause \relative additionnelle doit être placée au sein du bloc \transpose.

\relative c' {
  d e
  \transpose f g {
    d e
    \relative c' {
      d e
    }
  }
}

[image of music]

Si l’expression précédente est un accord, c’est la première note de l’accord qui détermine l’emplacement de la première note du prochain accord. À l’intérieur de l’accord, les notes sont placées relativement à celle qui précède. Examinez avec attention l’exemple suivant, et tout particulièrement le positionnement des do.

\relative c' {
  c
  <c e g>
  <c' e g'>
  <c, e, g''>
}

[image of music]

Comme nous l’avons vu, l’octaviation est déterminée sans tenir compte des altérations. Ainsi un mi double-dièse qui suit un si naturel sera placé au-dessus de celui-ci, alors qu’un fa double-bémol se retrouvera en dessous. En d’autres termes, une quarte doublement augmentée demeure considérée comme un intervalle plus petit qu’une quinte diminuée, bien que la quarte doublement augmentée soit de sept demi-tons et la quinte diminuée de seulement six demi-tons.

\relative c'' {
  c2 fis
  c2 ges
  b2 eisis
  b2 feses
}

[image of music]

L’une des conséquences de toutes ces règles est que la première note rencontrée dans un fragment balisé par \relative  f sera interprétée tout comme si elle avait été saisie en mode absolu.

Voir aussi

Glossaire musicologique : quinte, intervalle, nom des notes.

Manuel de notation : Vérifications d’octave.

Morceaux choisis : Hauteurs.

Référence des propriétés internes : RelativeOctaveMusic.


Altérations

Note : Les nouveaux utilisateurs sont parfois déroutés par la gestion des altérations et de l’armure. Pour LilyPond, une hauteur n’est que du matériau brut ; l’armure et la clef ne feront que déterminer comment ce matériau sera retranscrit. Un simple c signifie tout bonnement « do naturel » quelles que soient l’armure et la clef en question. Pour plus d’information, reportez-vous au chapitre Altérations et armure.

Dans la notation par défaut, un dièse est formé en ajoutant is après le nom de note, un bémol en ajoutant es. Les double-dièses et double-bémols sont obtenus en ajoutant respectivement isis ou eses au nom de note. Ce sont les noms de note hollandais. Pour les autres langues, consultez Nom des notes dans d’autres langues.

ais1 aes aisis aeses

[image of music]

Un bécarre annule l’effet d’une altération, qu’elle soit accidentelle ou à l’armure. Cependant, dans la syntaxe des noms de note, les bécarres ne s’écrivent pas avec un suffixe ; un simple nom de note donnera une note bécarre.

a4 aes a2

[image of music]

Les demi-bémols et demi-dièses s’écrivent en ajoutant respectivement eh et ih. Voici une série de dos altérés en hauteurs croissantes :

ceseh1 ces ceh c cih cis cisih

[image of music]

Les micro-intervalles sont aussi exportés dans le fichier MIDI.

Normalement, les altérations sont imprimées automatiquement, mais il se peut que vous vouliez les imprimer manuellement. On peut forcer l’impression d’une altération, dite « de précaution », en ajoutant un point d’exclamation ! après la hauteur de note. Une altération entre parenthèses peut être obtenue en ajoutant un point d’interrogation ? après la hauteur de note. Ces signes peuvent aussi être utilisés pour imprimer des bécarres.

cis cis cis! cis? c c c! c?

[image of music]

Lorsqu’une note est prolongée par une liaison de tenue, l’altération ne sera réimprimée que s’il y a un saut de ligne.

cis1 ~ cis ~
\break
cis

[image of music]

Morceaux choisis

Non répétition de l’altération après saut de ligne sur liaison de prolongation

Cet exemple illustre comment, lorsqu’une note affublée d’une altération accidentelle est prolongée, ne pas répéter cette altération après un saut de ligne.

\relative c'' {
  \override Accidental.hide-tied-accidental-after-break = ##t
  cis1~ cis~
  \break
  cis
}

[image of music]

Suppression des bécarres superflus

En accord avec les règles traditionnelles de l’écriture musicale, on grave un bécarre avant un dièse ou un bémol si la note était auparavant affublée d’un double-dièse ou double-bémol. Pour adopter un comportement plus contemporain, la propriété extraNatural du contexte Staff doit se voir attribuer la valeur ##f (faux).

\relative c'' {
  aeses4 aes ais a
  \set Staff.extraNatural = ##f
  aeses4 aes ais a
}

[image of music]

Voir aussi

Glossaire musicologique : dièse, bémol, double dièse, double bémol, Nom des notes, quart de ton.

Manuel d’initiation : Altérations et armure.

Manuel de notation : Altérations accidentelles automatiques, Altérations suggérées (musica ficta), Nom des notes dans d’autres langues.

Morceaux choisis : Hauteurs.

Références des propriétés internes : Accidental_engraver, Accidental, AccidentalCautionary, accidental-interface.

Problèmes connus et avertissements

Il n’y a pas de standard universellement accepté pour noter le bémol et demi (qui abaisse la hauteur trois quarts de ton), le symbole de LilyPond n’est donc conforme à aucun standard.


Nom des notes dans d’autres langues

Vous disposez de jeux prédéfinis de noms de note et altérations pour plusieurs autres langues. Pour les utiliser, il suffit de déclarer, en début de fichier, la langue que vous utilisez. Voici comment, par exemple, utiliser l’italien pour votre saisie :

\language "italiano"

\relative do' {
  do re mi sib
}

[image of music]

Les langues disponibles ainsi que les noms de note utilisés sont les suivants :

Langue

Nom des notes

nederlands

c d e f g a bes b

catalan

do re mi fa sol la sib si

deutsch

c d e f g a b h

english

c d e f g a bf b

espanol ou español

do re mi fa sol la sib si

italiano ou français

do re mi fa sol la sib si

norsk

c d e f g a b h

portugues

do re mi fa sol la sib si

suomi

c d e f g a b h

svenska

c d e f g a b h

vlaams

do re mi fa sol la sib si

et les suffixes d’altération correspondants :

Langue

dièse

bémol

double dièse

double bémol

nederlands

-is

-es

-isis

-eses

catalan

-d/-s

-b

-dd/-ss

-bb

deutsch

-is

-es

-isis

-eses

english

-s/-sharp

-f/-flat

-ss/-x/-sharpsharp

-ff/-flatflat

espanol ou español

-s

-b

-ss/-x

-bb

italiano ou français

-d

-b

-dd

-bb

norsk

-iss/-is

-ess/-es

-ississ/-isis

-essess/-eses

portugues

-s

-b

-ss

-bb

suomi

-is

-es

-isis

-eses

svenska

-iss

-ess

-ississ

-essess

vlaams

-k

-b

-kk

-bb

Notez qu’en hollandais, en allemand, en norvégien et en suédois, un la altéré de bémol se note aes et aeses. Ces formes sont contractées en as et ases (ou plus communément asas). Dans certains fichiers linguistiques, seules ces formes abrégées ont été définies.

a2 as e es a ases e eses

[image of music]

Certaines musiques utilisent des microtonalités, pour lesquelles les altérations sont des fractions de dièse ou bémol « normaux ». Le tableau suivant répertorie les noms de note en quart de ton, tels que définis dans plusieurs fichiers linguistiques. Les préfixes semi- et sesqui- correspondent au demi- et trois demis. À noter qu’aucune définition n’existe à ce jour pour le norvégien, le suédois, le catalan et l’espagnol.

Langue

semi-dièse

semi-bémol

sesqui-dièse

sesqui-bémol

nederlands

-ih

-eh

-isih

-eseh

deutsch

-ih

-eh

-isih

-eseh

english

-qs

-qf

-tqs

-tqf

espanol

-cs

-cb

-tcs

-tcb

italiano

-sd

-sb

-dsd

-bsb

portugues

-sqt

-bqt

-stqt

-btqt

La plupart des langues dont nous venons de parler correspondent à la musique classique occidentale au tempérament égal – le concept de Common Practice Period en anglais. LilyPond prend néanmoins en charge d’autres systèmes de notation, comme indiqué au chapitre Noms des notes et altérations non-occidentaux.

Voir aussi

Glossaire musicologique : Nom des notes, Common Practice Period.

Manuel de notation : Noms des notes et altérations non-occidentaux.

Fichiers d’initialisation : ‘scm/define-note-names.scm’.

Morceaux choisis : Hauteurs.


Autres langues : English, deutsch, español, italiano, 日本語.
About automatic language selection.

LilyPond — Manuel de notation v2.18.2 (branche stable).